Présentation des volumes et de la technique de lithographie

Technique de la lithographie

Technique majeure de l’estampe au XIXe siècle, la lithographie révolutionne la diffusion de l’image. Inventée par Aloys Senefelder (1771-1834) en 1796, elle est théorisée dans son Traité de lithographie en 1818 qui sera traduit en plusieurs langues.

Le procédé de la lithographie diffère complètement des autres techniques d’estampe. Le support n’étant plus gravé, la lithographie est plus simple à réaliser et n’est donc plus uniquement réservée aux graveurs de métier.

L’artiste dessine sur une pierre calcaire, non poreuse, et taillée spécialement à cet effet en forme de rectangle. Il utilise un crayon gras, le « crayon lithographique » ou de l’encre grasse au pinceau selon l’effet escompté. La pierre est ensuite recouverte d’une solution à base d’eau, d’acide et de gomme arabique. Le gras du crayon agit comme répulsif de l’eau et n’est pas recouvert par cette solution. A l’inverse, seules les parties sèches, et donc le tracé du dessin absorbent l’encre. Enfin, une feuille de papier est placée sous la presse lithographique.

Balbutiante à ses débuts, la lithographie de paysage s’exprime dans tout son éclat et sa précision à partir des Voyages pittoresques, qui marquent une étape décisive dans l’histoire de la lithographie, grâce notamment à Bonington qui fixe les thèmes du paysage pittoresque, et qui pour ce faire invente son propre style : des lithographies lumineuses à la palette complète et nuancée.

Descriptif des Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France - 1820-1878

Ancienne Normandie, en 39 livraisons, de 1820 à 1825
par MM. Ch. Nodier, J. Taylor et Alph. de Cailleux
« Premier tome », à Paris de l’imprimerie de P. Didot l’aîné, Chevalier de l’Ordre royal de Saint-Michel, imprimeur du roi
1820, 131 pages et (9) pages de liste de souscripteurs, 88 planches, 2 frontispices, 14 vignettes
« Tome second », à Paris, de l’imprimerie de J. Didot l’aîné, imprimeur du roi, rue du Pont de Lodi, n° 6
1825, 190 pages et (3) pages de liste de souscripteurs, 153 planches, 1 frontispice, 16 vignettes

Franche Comté, en 28 livraisons, de1825 à1829
par MM. Ch. Nodier, J. Taylor et Alph. de Cailleux
à Paris, de l’imprimerie de J. Didot l’aîné, imprimeur du roi, rue du Pont de Lodi, n° 6
1825. 222 pages, 158 planches, 3 frontispices, 19 vignettes

Auvergne, en 55 livraisons, de 1829 à 1833
par MM. Ch. Nodier, J. Taylor et Alph. de Cailleux

Tome 1, dit "premier volume", à Paris, de l’imprimerie de A. Firmin Didot, Imprimeur de l’Institut, rue Jacob n° 24
1829, 143 pages, 141 planches, 1 frontispice, 8 vignettes
Tome 2, dit "deuxième volume", à Paris, de l’imprimerie de A. Firmin Didot, Imprimeur de l’Institut, rue Jacob n° 24
1833, 143 pages, 114 planches, 1 frontispice, 7 vignettes

Languedoc, en 146 livraisons, de 1833 à 1838
par MM. J. Taylor, Ch. Nodier et Alph. de Cailleux.
à Paris, de l’imprimerie Firmin Didot frères, imprimeurs de l’Institut, rue Jacob, n° 56
« Premier volume, première partie »
1834, (203) pages, 101 planches, 3 frontispices, 3 vignettes, (encadrements lithographiés des textes)
« Premier volume, deuxième partie »
1834, (120) pages, 115 planches, 1 frontispice, 6 vignettes, (encadrements lithographiés des textes)
« Deuxième volume, première partie »
1835, (374) pages, 155 planches, 2 frontispices, 3 vignettes (encadrements lithographiés des textes)
« Deuxième volume, deuxième partie »,
1837, (220) pages, 161 planches, 1 frontispice, 2 vignettes (encadrements lithographiés des textes)

Picardie, en 136 livraisons, de 1836 à 1847
par MM. J. Taylor, Ch. Nodier et Alph. de Cailleux

à Paris, de l’imprimerie Firmin Didot frères, imprimeurs de l’Institut, rue Jacob, n° 56
Premier volume
1835, (266) pages, 134 planches, 4 frontispices, (encadrements lithographiés des textes)
Deuxième volume
1840, (248) pages, 162 planches, 1 frontispice, (encadrements lithographiés des textes)
Troisième volume,
1845, (250) pages, 176 planches
, 1 frontispice, (encadrements lithographiés des textes)

Bretagne, en 91 livraisons, de 1843 à 1847
par MM. J. Taylor, Ch. Nodier, Alph. de Cailleux

à Paris, de l’imprimerie Firmin Didot frères, imprimeurs de l’Institut, rue Jacob, n° 56
Premier volume
1845, pages 1 à 259 et (4 )pages de table, 100 planches, 1 frontispice, 4 vignettes
Deuxième volume
1846, pages 261 à 385 et (4) pages de table, 252 planches
, 1 frontispice, 3 vignettes

Dauphiné, en 47 livraisons, de 1843 à 1854
par I. Taylor, membre de l’Institut
à Paris, de l’imprimerie Firmin Didot frères, imprimeurs de l’Institut, rue Jacob, n° 56
1854, 240 pages, 173 planches, 2 frontispices, 5 vignettes

Champagne, en 105 livraisons, de 1844 à 1857
I. Taylor, membre de l’Institut

A .F. Lemaître, éditeur à Paris, de l’imprimerie Didot frères, fils et Cie, imprimeurs de l’Institut de France
premier volume
1857, pages 1 à 255 et (2) pages de table, 161 planches, 1 frontispice, 3 vignettes
« second volume, première partie »,
1857, pages 257 à 364, 136 planches, 1 frontispice, 5 vignettes
« second volume, seconde partie " » pages 365 à 454, 114 planches, 2 frontispices, 14 vignettes

Bourgogne, en 38 livraisons
I. Taylor, membre de l’Institut

A .F. Lemaître, éditeur à Paris, de l’imprimerie Didot Frères, fils et Cie, imprimeurs de l’Institut de France, rue Jacob, n° 56
1863, 180 pages, 180 planches
, 1 frontispice, 4 vignettes

Ancienne Normandie
par le Baron I. Taylor, membre de l’Institut

troisième et dernier volume, à Paris, de l’imprimerie de Firmin Didot et Cie, imprimeurs de l’Institut de France
1878, 151 pages, 176 planches, 1 frontispice, 5 vignettes